La traumatologie du sport

La traumatologie et chirurgie du sport:

La traumatologie du sport s’occupe des lésions dues à la pratique d’une activité sportive, qu’elles soient dues à des chocs directs ou indirects, ainsi qu’à l’utilisation erronée d’une structure anatomique dans des gestes sportifs mal compris. L’appareil locomoteur comprend les muscles, les tendons, les ligaments, les os et les articulations. Chacune des ces structures peut être lésée lors de la pratique du sport.


Les lésions musculaires:

Lors d’un accident musculaire, même minime, il est nécessaire d’arrêter l’activité sportive, car une petite lésion peut s’aggraver rapidement, si négligée. Cela retarde alors la guérison. On distingue 5 types de lésions musculaires:

1) La crampe, qui est une contracture violente, douloureuse, passagère et involontaire du muscle, souvent due à la fatigue de celui-ci.

2) La contusion est un traumatisme causé par un choc direct sur le muscle, ce qui abîme celui-ci et endommage les capillaires, permettant au sang de se diffuser dans les tissus avoisinants (bleu, hématome).

3) La contracture est un état de contraction musculaire « permanent », c’est-à-dire de longue durée. Elle survient souvent aux mollets, cuisses, fesses, dos. Elle est souvent due à un manque d’entraînement et une surcharge du muscle.

4) L’élongation musculaire est une micro-déchirure de celui-ci. L’activité a dépassé les possibilités normales d’étirement du muscle et donc des chaînes élastiques se rompent et provoquent des douleurs. Le muscle perd sa force durant un certain temps. Cela survient lors d’un mauvais échauffement, un effort trop rapide et violent.

5) La déchirure musculaire ou claquage est une rupture d’un grand nombre de fibres musculaires. C’est une lésion potentiellement grave si négligée.


Les lésions ligamentaires:

89840765ebe947e6850617b4c50e935c

Les ligaments sont des structures fibreuses, entourant des articulations et stabilisant celles-ci passivement.

Une lésion du ligament va perturber le fonctionnement de l’articulation qu’il stabilise. Il y a 5 types de lésions:

1) les entorses bénignes, qui sont un étirement ligamentaire, sans rupture et sans grande inflammation locale. Elles se traduisent le plus souvent par un gonflement localisé, souvent peu douloureux.

2) Les entorses de gravité moyenne, où il y a une déchirure partielle du ligament, associé à une élongation de celui-ci. Il y a donc un saignement local (bleu), un gonflement et une inflammation qui provoque des douleurs.

3) L’entorse grave, où la lésion est une déchirure complète du ligament, ce qui rend l’articulation instable et provoque un gonflement, une inflammation, des douleurs et un saignement localisé.

4) Les lésions conséquentes d’un traumatisme violent peuvent provoquer de multiples déchirures capsulo-ligamentaires et aboutir à une luxation plus ou moins associée à des fractures articulaires. Cela nécessite une prise en charge plus complexe.

5) Les lésions ligamentaire dues à des gestes répétitifs et chroniques, où le ligament s’étire lentement et n’assume plus son rôle stabilisateur. Ceci provoque un sentiment d’instabilité de l’articulation en question et peut aussi être la conséquence d’un traumatisme négligé et non ou mal traité.


Les lésions tendineuses:

159f1294164e4dc7b9027b873fdd63bc

Les tendons sont le prolongement des muscles et s’accrochent sur les os afin de mouvoir ceux-ci.

Ils peuvent se léser lors de la pratique d’une activité sportive et présentent grossièrement 3 types de blessure:

1) Les tendinopathies avec traumatisme répétitif ou avec micro-trauma sont des tendinites d’insertion qu’on nomme aussi les enthésopathies type épicondylite. Elles sont difficiles à traiter et nécessitent un programme de prise en charge, associant physiothérapie, repos et plus ou moins des infiltrations. Dans un certain pourcentage, une révision chirurgicale de l’enthèse (insertion du tendon sur l’os) est nécessaire.

2) Les tendinopathies du corps tendineux sont une inflammation de celui-ci et sont dues à des gestes répétitifs et souvent inappropriés lors de la pratique du sport. Typiquement, des tendinites d’Achille peuvent se développer lors d’un mauvais chaussage avec un effort trop important. Le traitement médical est associé à de la physiothérapie et à la correction du geste sportif.

3) Les tendinopathies avec rupture partielle ou totale du tendon, ce qui provoque une insuffisance dans la force musculaire. Les ruptures totales nécessitent fréquemment une suture chirurgicale du tendon pour retrouver la capacité musculaire totale.


Les lésions osseuses:

561cdc8643eb4666834a5bd3aa66f3bb

Elles sont de deux types.

1) Les fractures de fatigue, par sollicitation répétée trop importante de l’os, se manifestent par des douleurs localisées à l’os touché et sont traitées par mise en repos et immobilisation plâtrée. Des fois, une prise en charge chirurgicale est nécessaire.

2) Les fractures sur traumatisme, où la sollicitation est violente et l’os ne résiste pas et rompt. Les fractures sont ouvertes (avec blessure à la peau) ou fermées, déplacées ou non, intra-articulaires ou extra-articulaires. Le traitement dépend du type de fracture et de sa localisation. Une reconstruction millimétrique est des fois nécessaire.

Les lésions articulaires:

Celles-ci sont de type traumatique (fractures ou entorses associées) ou dues à des sollicitations exagérées, dans des sports avec impact sur les articulations (la course à pied type marathon crée des impacts sur les genoux qui, à la longue, peuvent développer de l’arthrose). Le pronostic de ces lésions se péjore si en plus l’articulation en question présente une instabilité due à une rupture ligamentaire (ligament croisé antérieur du genou) ou insuffisance musculaire. Les lésions dégénératives sont accélérées chez les patients présentant des dysplasies (anatomie anormale constitutive d’une articulation).